JACQUES MITSCH .TV

ON PARLE ENCORE DE POBALSKI

carnet de tournage, film moyen métrage, le Mammouth Pobalski, réalisation jacques mitsch, K production tournage dans les Pyrénées vallée du Somport février 2005. distribution des rôles: Roger Souza, Jean marc Brisset, Muriel Bennazeraf, Alain Dumas, Christelle Boizante, Aida Sanchez, Tibo Schoirfer, Nathalie Hauwelles, Pierre Maurice Nouvel, Jean Pierre Beauredon, Elsa Berger, Nathalie Andres, Serge Regour .....

ON PARLE ENCORE DE POBALSKI (cliquez)

LA DÉPÊCHE DU MIDI
Publié le
Six jeunes du Garros, âgés de 14 à 18 ans, partent ce jeudi pour le festival de Cannes. Ils font partie du club des Progr’amateurs, qui s’occupe notamment de la programmation des cinés plein air du Garros.
Trois films par jour en moyenne, entre 8 et 22 heures. Et peut-être la montée des marches, sur le tapis rouge. Six jeunes filles du Garros, âgées de 14 à 18 ans, seront au festival de Cannes d’aujourd’hui à dimanche, accompagnées par Agathe Vivès de Ciné 32 et Laurent, animateur à la salle polyvalente.
Et Maïssane, Inès, Océane, Anita, Sihem et Ghita ne sont pas avares de qualificatifs pour parler de l’expédition. «C’est excitant», dit l’une. «Je suis trop contente», répond l’autre. «C’est trop bien», ajoute encore une autre. «Fantastique», conclut la dernière. Et elles rêvent déjà de croiser «Brad Pitt, Leonardo di Caprio, Sylvester Stallone, Antonio Banderas»…
Toujours côté paillettes, si le tirage au sort leur est favorable, peut-être monteront-elles les marches du festival, sous les caméras et flashs des paparazzis. Certaines ont déjà acheté leur robe car la tenue de soirée est exigée.
Mais cette escapade au festival de Cannes n’est que la partie la plus glamour d’un travail réalisé au long cours par Ciné 32 pour former les jeunes à l’image.
 Agathe Vivès, qui s’occupe du Club des Progr’amateurs dont toutes font partie explique : «On se réunit une fois par mois pour visionner des films, les analyser, débattre…
Et on s’occupe aussi de programmer des films et des rencontres avec des réalisateurs à Ciné 32 ou à la salle polyvalente du Garros. Le point d’orgue est Cannes pour les plus jeunes et les plus âgés iront eux à un visionnement professionnel à Toulouse, habituellement réservé aux exploitants de salles.» Cannes était en fait le produit d’appel pour séduire les jeunes et les inciter à s’inscrire au club.
«On cherche aussi à les éduquer à l’image, les amener à voir des films différents des blockbusters, avoir un esprit critique», explique encore Agathe.
Et à écouter la bande de jeunes, cela semble marcher ! «Pour ma part, j’ai aimé des films que toute seule, je ne serai pas allée voir» dit l’une des membres de la bande. Et pour la programmation de films, elles ont acquis quelques bases : «On ne fait pas en fonction de nos goûts. On regarde les points positifs et négatifs, on essaie de voir si c’est adapté au public.»
Parmi les films qu’elles ont pu voir cette année, elles ont été «touchées» par Les Invisibles. «C’est une vérité mise en comédie, et pour une fois, on parle du sort des gens dans la rue», remonte l’une d’entre elles. Elles ont aussi aimé «Le Mammouth Pobalski» de Jacques Mitsch. Et ont même pu rencontrer le réalisateur ! «Il a inventé toute une langue, se rappellent-elles. Et l’histoire est drôle même si le film est ancien !»
Au festival de Cannes, elles auront encore l’occasion devoir beaucoup de films qu’elles n’auraient peut-être visionnés d’elles-mêmes. Elles disposent d’une accréditation qui leur permettra d’avoir accès à l’intégralité de ce que propose le festival.

famille pobalski NB

.